A propos de la norme naissante ISO 30401 sur le KM

@jlabelin a eu la bonté de nous communiquer les travaux de normalisation en cours sur la norme naissante ISO 30401 intitulée “Systèmes de management des connaissances – Exigences”. Je suis heureux de voir que Jean-Louis ERMINE et Nicolas DUBUC y collaborent. C’est un gage de qualité.

C’est un document qui me donne bon espoir pour le futur de notre belle discipline. Je reste néanmoins un peu perplexe sur quelques points:

  1. On n’y fait pas de distinction entre “connaissances” et “savoir” et on n’y positionne pas les “connaissances” par rapport aux sempiternelles “compétences”, terme dont nos entreprises sont friandes. Or la langue française nous donne la une richesse que la langue anglaise n’a pas. cf http://formation.hypotheses.org/250 
    “Une connaissance est intérieure à la personne et n’est donc pas stockable. Elle est singulière. Aucun manuel de ne peut référencer des connaissances. Ainsi nous avons tous des connaissances différentes même si un même savoir est abordé (…) Le savoir c’est que qui relève d’une communauté qui a statué sur une connaissance érigée alors en savoir. C’est exactement ce qui se passe sur les savoirs académiques. Un groupe de pairs a décrété que telle ou telle chose devait être enseignée (…)”
  2. L’externalisation des connaissances (au sens de Nonaka) y est définie comme “la mise à disposition des connaissances sous forme d’enregistrements, de documents, de systèmes de codification”. Curieusement, les formes nouvelles de type jeu, modèles, algorithmes, réalité virtuelle en sont exclus. Or la frontière est ténue au 21e siècle entre le savoir pur à regarder ou à lire et le savoir acquis par une expérience virtuelle.
  3. La notion de “périmètre d’application du système de management des connaissances” (4.3) me parait assez floue. Je la rapprocherais bien de celle de communauté, car in fine un système de management des connaissances s’adresse à une communauté, qui est la cellule de base d’un système de management des connaissances, dont l’objectif est bien de mettre le savoir en commun.
  4. Curieusement le terme de Communauté n’est pas référencé dans  les “Termes et Définitions”. Or comme dit plus haut, il est central. C’est le pivot du KM, comme nous le savons tous.

Bref, il y a encore du boulot avant d’en faire un document fondateur.

Je ne sais pas encore tout-à-fait ce qu’est un “système de management des connaissances”, mais si je devais le représenter, je le ferais comme cela:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *