Qui sommes nous ?

La communauté CoP-1 a été fondée en janvier 2003, initialement sous la forme d’un petit groupe d’échanges sur les initiatives de “Knowledge Management” des grandes organisations. Elle regroupait dès le départ des grandes firmes  (notamment Schlumberger, Airbus, le CNES, Valeo, Arcelor, etc.). L’inspiration de créer une telle communauté provenait de l’expérience de IKO (Institute for the Knowledge-Centric Organization) de Larry Prusak à Boston. L’IKO était un « think tank » parrainé par IBM et le MIT et centré sur la question de l’organisation du savoir des grandes organisations. Il combinait des réflexions académiques et des retours d’expérience professionnels. L’idée était de reprendre cette idée en France, et beaucoup plus modestement.

logos_entreprises_2016-copie

En 2014, le réseau CoP-1 s’est transformé en association de manière à être plus lisible et plus structuré et s’est rapproché de l’Observatoire des Réseaux Sociaux d’Entreprise.  qui offre notamment une tribune aux travaux de CoP-1. Mais nous souhaitons toujours limiter durablement sa composition à un groupe restreint d’une trentaine de professionnels du management des connaissances de manière à cultiver la proximité et la confiance. Les postulants – uniquement des personnes issues d’entreprises en charge d’un programme lié à l’organisation du savoir – sont ainsi admis intuitu personae, sur la base du parrainage de l’un des membres, l’unanimité étant requise pour valider l’admission. C’est pourquoi la communauté n’accepte pas d’acteurs de l’offre de logiciels et services de KM, afin d’éliminer tout discours à caractère commercial, et ainsi d’échanger librement et confidentiellement sur les succès et échecs rencontrés par ses membres.

Au sein de cette « communauté de confiance », les membres partagent leurs expériences, leurs pratiques innovantes, s’entraident et coopèrent, travaillent sur des thèmes spécifiques en vue de produire des synthèses, publient sur divers supports numériques, etc. La communauté organise également un évènement annuel pour présenter ses retours d’expérience et ses conclusions à un public extérieur averti, dont les hiérarchiques des membres de la communauté.

La permanence de l’organisation CoP-1 et de ses rencontres mensuelles treize ans après sa fondation est en soi un gage de son utilité perçue par ses membres. L’association cherche désormais à établir des liens plus forts avec le monde académique, afin de servir de pont entre la recherche et l’industrie, et de favoriser l’emploi en faisant travailler des étudiants stagiaires sur des questions centrales et pratiques de l’économie de la connaissance.